2019-09-03_15h19_17

Il pleut sur Ramales de la Victoria, la traîne des nuages s'accroche aux montagnes environnantes que dominent la Peña de la Busta et le Pico San Vincente. Au-dessous des arrêtes rocheuses, une pente arborée, très verte et très raide.

Nous ne sommes que trois, ma fille, la fille de nos amis et moi, je n'ai pas réussi à prendre plus de place, la visite est limitée à sept personnes. D’ailleurs, à l’entrée du chemin d’accès un panneau indique qu'il est inutile de grimper si l'on a pas réservé. Les visites, comme il y a deux jours à El Castillo, sont complètes.

Forcément nous sommes affreusement en avance, je suis incapable de faire autrement. Mais contrairement à El Castillo, il y a une assez grande distance à parcourir entre la route et la grotte elle-même. Un sentier large et terreux sur lequel dévale l'eau de pluie en un petit torrent monte régulièrement sur près d'un kilomètre. Nous croisons, abrités sous nos parapluies, quelques personnes qui descendent, sans aucun doute la dernière visite.

Le caractère sauvage du paysage, la bruine, le silence, tout m'enchante dans cette montée, et comme à chaque fois je me demande si la magie va fonctionner à plein, si les promesses seront tenues, la découverte à la hauteur. J'ai visité ma première grotte ornée en 2006, ce fut Rouffignac, Covalanas est si je ne fais pas erreur la seizième.

Magique, cet automne 1903 le fut assurément où Hermilio Alcade del Rio que les photographies nous montrent comme un savant à barbiche au visage avenant, et qui fut le Breuil de la préhistoire espagnole, découvre coup sur coup, ou du moins invente -et je préfère ce terme qui rappelle que les cavernes étaient connues mais qu'on n'y voyait rien de l'art pariétal, on creusait les sols, on collectait les outillage lithiques- Covalanas le 11 septembre -en compagnie du père Lorenzo Sierra, l'un de ces multiples abbés dont l'exploration des cavernes ornées se nourrit, qui était professeur au collège de Limpias quelques kilomètres au nord- puis Hornos de la Peña le 27 octobre, et enfin El Castillo le 8 novembre, trois sites majeurs de l'art cantabrique.

Hermilio n'avait pas quarante ans, archéologue, il était venu à l'art pariétal l'année précédente lors d'une exploration d'Altamira en compagnie de Breuil justement et d’Émile Cartailhac l'autre grand préhistorien du début du vingtième, celui même qui avait réfuté en 1879 l'authenticité des peintures d'Altamira avant de se raviser en 1902 dans son « Mea Culpa d'un sceptique ».

Tout était neuf, pas même vingt-cinq ans que Sautuola avait découvert les bisons, on l'avait traité de faussaire et il en était mort en 1888. La Mouthe et Pair-non-Pair avaient moins de dix ans et les sceptiques étaient encore les plus forts. Ce n'était qu'en septembre 1901, deux ans à peine auparavant, que les découvertes successives des Combarelles et de Font de Gaume avaient d'évidence montrée l'authenticité de l'art pariétal.

C'est à quoi je songe en gravissant la pente qui mène aux parois de Covalanas. Les filles derrière grommellent, maudissant dévers et grotte sous leur parapluie. Nous atteignons un replat, une pancarte explique le vaste panoramique bouché par les nuages qui s'étire devant nous. Le chemin bordé d'une barrière finit dans la falaise. Collée aux rochers, une structure étrange faite de bois vernis et de métal, sorte de double hutte trapézoïdale, sert d'accueil. Une jeune fille nous souhaite la bienvenue et nous propose d'entrer, une deuxième est à l'intérieur, où se trouvent aussi les toilettes et l'espace de vente qui dans les grottes de Cantabrie propose toujours les mêmes livres, les mêmes breloques, reproductions de Vénus ou d'art mobilier, flèches, silex, bois gravés en résine.

Il faut attendre un peu, nous dit-elle, une famille va nous rejoindre.

 

P_20190811_172708

J'en profite pour ressortir. Les arbres dégouttent lentement et la falaise fait un nez qui cache l'entrée de la grotte. Là se trouve la bouche, l’entrée de la caverne, une grille, un mur sur toute la largeur et deux portes vertes. Celle de gauche ferme la Galerie de la Musique, ainsi nommée parce qu'elle a servi il y a plus d'une trentaine d'années de lieu se spectacle pour le Festival International de musique classique de Santander.

Dans cette galerie longue de 85 mètres et qu'on ne visite pas, la seule trace d'art pariétal est une sinueuse ligne rouge.

À la porte de celle de droite, la Galerie des Peintures, sont suspendues trois torches qui rappellent que la grotte n'est pas électrifiée et se visite en quelque sorte dans son jus. Cette porte est encadrée de deux plaques, l'une imposante, dorée, indique que l'art paléolithique Cantabrique a été classé patrimoine de l'humanité en 2008, l'autre, plus terre à terre, signale le sol glissant à l'intérieur de la cavité.

Cette entrée modeste et belle me fait penser à Pair-non-Pair.

Nos compagnons de grotte se faisant attendre, et pour ne pas décaler les horaires, notre jeune guide décide de commencer. Elle ne parle pas français et s'en désole alors que son espagnol, clair et concis ne sera jamais un handicap durant l'heure et demi que durera la visite. Avec nous, elle prendra tout le temps nécessaire pour expliquer chaque peinture. Contrairement à El Castillo, je ne ressentirai jamais de frustration dû au rythme imposé, peut-être parce que Covalanas, la grotte des biches rouges est une sorte de couloir d'une centaine de mètres où seul une vingtaine de figures sont visibles, aisément identifiables et d'une unité remarquable car toutes d'une même couleur, utilisant la même technique, et l’œuvre d'un unique artiste pense-t-on.

Nous passons la grille, elle me tend une des torches et ouvre la petite porte qui protège l'accès. La salle est basse, au même niveau que l'entrée, sans concrétions particulières, y dominent des gris, des jaunes et quelques taches noires témoignages d'occupation du bas moyen-âge aux guerres carlistes du XIXéme .

À l’entrée, on a maçonné en petites pierres plates, un puits de drainage sensé recueillir l'eau qui s'infiltre lors des périodes de pluies, mais aujourd'hui la grotte me paraît sèche. On distingue, faisant le tour de la salle, la ligne plus sombre de la hauteur du sol à la découverte de la grotte. Il a très peu été remanié, ici dans l'entrée on a excavé un mètre d'épaisseur, mais au-delà, il est à la hauteur où il était lors de la réalisation des peintures, et au pied de la roche il est parfois intact et d’origine.

Dans l'épaisseur du sol excavé on n'a pas trouvé grand chose en terme de silex ou d'os, Covalanas n'était pas une grotte d'occupation mais plutôt un sanctuaire. La grotte d'occupation, on l’a vu, est à peine plus bas sur la falaise, c'est El Mirón.

Par un étranglement, nous pénétrons dans une deuxième salle. Dans celle-ci, encore peu profonde, beaucoup de traces noires sur les parois et au centre, deux curieux stalagmites font comme des piliers naturels. Pas encore de peintures pariétales. C'est le moment que choisissent les retardataires, une famille avec enfants pour nous rejoindre, et ça tombe bien, dit la guide, puisque c'est maintenant que nous allons découvrir l'art de Covalanas.

Dans le couloir que fait la grotte, en une quinzaine de mètres à peine, est concentré l'essentiel des œuvres. La guide nous arrête pour la première fois, nous place de façon à voir la paroi de droite. Nous avons parcouru environ soixante mètres depuis l'ouverture, la grotte couloir n'est plus large que de deux mètres, c'est peu, mais ça laisse encore de recul pour examiner un côté puis l'autre.

Ce qu'elle nous montre, ces tracés à hauteur d'homme de couleur rouge très estompés à cet endroit, on y reconnaît immédiatement deux quadrupèdes l'un derrière l'autre, leur long cou est tourné vers les profondeurs de la grotte mais le premier que nous apercevons semble le relever et humer l'air, observer le danger environnant tandis que celui qui précède, dont la ligne du cou est indistincte du dos regarde vers le sol. Les têtes sont très visibles, fines, le museau allongé et les oreilles dressées que je pense alors être des bois parce qu'elles sont représentées simplement d'un signe V. Pas de pattes, juste la ligne du dos, parfois la croupe, et l'utilisation des formes et des saillies de la roche pour compléter le dessin, imaginer les membres inférieurs ou la ligne du ventre. Comme souvent la place, la position de l'animal n'est pas choisi au hasard, l'artiste nous révèle une forme déjà inscrite dans la roche, tout au plus il lui permet de surgir, d'être visible. Cet art est un art de voyant et en Cantabrie, il y a vingt mille ans, on voit surtout des biches, ce sont elles que l'on trouve très majoritairement dessinées dans les grottes à pointillés rouges, elles et parfois un cheval, un bovidé... un bestiaire finalement très restreint.

Même si le tracé rouge a perdu de son intensité on comprend immédiatement la technique utilisée, celle du trait ponctué que l'on retrouve dans plusieurs autres grottes cantabriques et qui d'après les spécialistes est spécifique à la région. Précisément, du pigment rouge obtenu par l'oxyde de fer, appliqué avec les doigts ou muni d'un tampon, en une ligne de points plus ou moins rapprochés. Parfois la ligne semble continue. Parfois les points sont assez espacés, mais toujours de de façon à rendre la figue lisible. C'est donc des silhouettes sans détails intérieurs que nous voyons, et la guide nous montre une reproduction de lampe à graisse avec laquelle on s'éclairait il y a vingt mille ans. Elle imite avec sa lampe ce que devait être la lumière vivante sur la roche. J'ai souvent vu les guides faire comprendre combien l'image fixe pouvait se métamorphoser en animations et en mouvements sous l'effet de l'éclairage donnant aux dessins des caractères quasi magiques, l'apparition, la disparition, l'immobilité et la mobilité. Des ombres sur un mur ; les ombres bougeaient, mais le mur restait impénétrable1.

À l'invitation de notre guide, c'est nous qui bougeons mais à peine. Elle nous dispose en prenant toujours soin de la visibilité de chacun, des jeunes enfants en particulier. Elle demande si nous distinguons bien l'animal, si nous comprenons ses explications.

Ici contrairement à El Castillo, il n'y a pas de filet de protection au-devant des zones ornées, il faut toujours prendre garde de ne pas se frotter aux lignes rouges, ce qui explique le faible nombre de visiteurs admis dans la grotte.

Les dessins rouges de Covalanas se succèdent en un si petit espace, que j'ai dû mal aujourd'hui, dans le temps d'écriture qui n'est jamais celui de la visite, à me souvenir précisément de l'ordre des apparitions. Les spécialistes décrivent d'abord toutes les peintures de la paroi droite, puis celles de la paroi gauche et du diverticule, mais pour les amateurs dont je suis, le parcours rebondit comme une balle d'un côté à l'autre en avançant peu à peu vers les profondeurs.

RE_Cuevas_Cantabria01.jpg_369272544

Nous changeons donc de paroi, nous tournant cette fois-ci sur notre gauche, pour découvrir très distinct, d'un rouge autrement intense, ce que je lis immédiatement comme un aurochs de profil bien que l'identification ait posé de nombreux problèmes, les uns voyant un cerf, les autres plus nombreux un renne. Ce qui est remarquable dans cette peinture, qui a plus d'un mètre de large, c’est l’utilisation du support naturel. Une lame de roche se détache de la paroi et le contour l'intègre à la perfection pour le dos et l'arrière-train de l'animal, l'effet de relief est saisissant, le support donne naissance au dessin. L'aurochs est traité en perspective, le ventre souligné par une double ligne de pointillés rouges, et l'on distingue les quatre membres inférieurs. La tête massive est penchée en avant, l’œil et le maxillaire sont visibles ainsi que la paire de cornes. Contrairement aux biches, l'intérieur du dessin est travaillé, une zone près du cou de l'animal est tamponnée de pointillés espacés, comme s'il y avait là une différence de couleur de robe a indiquer.

Les deux biches qui se trouvent à peine plus loin, sur le même côté gauche et regardant comme l'aurochs en direction de l'entrée de la grotte semblent d'un coup très primitives, presque grossières. Il y a bien un œil rond sur celle du bas mais seulement le cou, le dos, la ligne du ventre presque effacée. Quant à la biche du dessus, son cou est dressé verticalement en prolongement d'un corps énorme disproportionné, avec de minuscules pattes en pointillés. Le corps épouse la roche bombée à cet endroit. La guide nous explique que nous reverrons cette figure en sortant. De loin le relief du rocher disparaît, la forme de la biche change, devient harmonieuse dans ses proportions, comme si elle avait été conçue pour être vue à distance. Ce n'est pas la première fois que je vois ça, certaines gravures de Pair-non-Pair ont aussi ce pouvoir anamorphique.

Nous passons rapidement sur quelques marques rouges en-dessous des biches où on a vu un bovidé inversé et où je dois bien l'avouer je ne vois pas grand chose pour, sur le côté droit de la paroi, faire face à un grand panneau de plus de deux mètres de long, avec au moins cinq biches immédiatement visibles et une sixième plus délicate à apercevoir.

48_p2_ciervas_rojo_covalanas_c.jpg_369272544 (1)

Si tous les animaux de la paroi gauche sont tournés vers l'entrée de la grotte, ceux de la paroi droite sont diversement orientés, ainsi cette première biche, l'une des plus belles même si le rouge est parfois estompé, elle est complète et l'on a même ajouté des aplats de peinture sur la robe. La biche est tourné vers le fond de la grotte mais elle regarde derrière elle, observant vers l'entrée comme les deux suivantes, biches plus petites qui ont les oreilles dressées, le cou tendu, le corps de profil.

Les trois autres biches du panneau regardent vers les profondeurs, la première est à peine visible et en partie superposée à une biche tournée vers l'entrée, seule la dernière est complète mais mal proportionnée, le ventre est lourd sur des pattes réduites à un simple trait en pointillés rapprochés, le museau est plus court, il y a un œil.

Devant ce genre d'ensemble se posent les mêmes questions, les peintures ont-elles étaient faites au même moment ? Ont-elles une signification ensemble ou sont-elles purement indépendantes et seulement rapprochées dans une même unité thématique par notre interprétation moderne?

Si Leroi-Gourhan a écrit que Covalanas avait un caractère idéal et simple, c'est que l'unité saute aux yeux, les codes graphiques, les oreilles, les pattes, la technique utilisée et qu'on ne retrouve que dans cette région d'Espagne, tout indique l'organisation pensée du sanctuaire. Rarement comme ici je n'ai senti à quel point le cadre est imposé, rigoureusement suivi, ce que ne peut que confirmer, à peine plus loin, le dernier panneau à droite devant lequel nous nous arrêtons.

Dominant de sa taille, de sa présence, toutes les autres représentations, voici le cheval de Covalanas entouré de cinq biches aux tracés très incomplets, parfois seulement la tête et les oreilles. Les positions des biches, dont l'une se glisse quasiment sous la jugulaire du cheval, ont parfois fait penser à l'attaque d'une meute de loups, mais on reconnaît bien l'économie de moyens et les conventions déjà présentes dans les représentations antérieures.

covalanas_002

Le cheval, au centre de la composition, possède, comparé aux biches, un luxe de détails. Ses oreilles en V rappellent les autres représentations de la grotte. L’œil est une sorte de triangle, les naseaux sont visibles, le nez, la barbe avec son aplat de rouge. Le cou semble bien étroit, la crinière quasiment hachurée lui donne toute sa force et son épaisseur. Les jambes avant ne sont pas représentées. Seulement en pointillées, la ligne dorsale et ventrale, le poitrail. À l'inverse la croupe, les jambes arrière, la queue sont soulignées par un trait de double épaisseur. Il fait largement plus d'un mètre .

À la gauche du cheval, au-dessus des trois biches incomplètes, la guide nous montre un signe rectangulaire, tectiforme mais dont la visibilité est brouillé, la peinture rouge a comme bavé sur la roche, la calcification naturelle et peut-être les dégâts de l'inévitable nettoyage des parois qui ici comme ailleurs fut réalisé sans précautions.

fotonoticia_20180406123940_640

Nous n'irons pas plus loin dans la grotte, au-delà de trois marches le réseau devient impraticable, étroit. La guide évoque quelques traces là-bas, peut-être des représentations de vulves, et il nous reste encore à voir le diverticule, petite alcôve où l'on se glisse avec circonspection, où la teinte rouge a été protégée et apparaît vive, presque neuve. Il y a là trois biches et deux signes tectiformes, les deux plus belles biches se font face, orientées vers l'entrée de la grotte, l'une à droite, l'autre sur la paroi gauche, presque à la même hauteur, le trait large, vif, les pointillés assez rapprochés pour paraître une ligne continue. Celle de la paroi gauche, avec son œil, ses oreilles dressées, son petit aplat de peinture à la base du cou, a été choisie comme emblème de Covalanas. On a une impression de fraîcheur à la croire tout juste sèche.

covalanas_cierva

C’est fini, nous reprenons le couloir vers l’entrée, mais avant d’y parvenir, la guide nous arrête et le faisceau de sa lampe vient éclairer la biche anamorphique qui effectivement nous paraît à présent harmonieuse.

Je sors, le ciel s’est déchiré et la lumière frappe par endroit les sommets environnants. Je remercie et la guide s’excuse encore de ne pas parler français. Qu’importe je suis ébloui par le rouge de Covalanas, par la présence de ces dessins, l’unité de cette grotte. Les filles aussi ont appréciés la promenade.

Comme d’habitude c’est le temps du rassemblement, je dévale la pente qui nous ramène à la voiture, j’imagine ce que j’écrirai dans quelques semaines, quelques mois, de la rencontre des biches rouges. Je suis rasséréné.

******************************************************

À l’aplomb de la grotte de Covalanas, quelques dizaines de mètres en contrebas, s’ouvre dans la falaise, l’imposante bouche d’El Mirón. Dans cette cavité, peu d’art pariétal, mais de l’art mobilier, propulseurs, gravures sur os, et de nombreuses traces d’une longue occupation 40 000 ans au bas mot. , au pied d’un bloc de calcaire, on a découvert en 2010, la sépulture bien conservée d'une femme âgée de 30 à 40 ans, son corps en position fœtale recouvert d'une ocre prélevée sur le mont Buciero qui domine l’océan près de Santoña, à 26 kilomètres. De petites fleurs jaunes avaient été éparpillées près d'elle.

On l'a surnommée la Dame Rouge.

Cette tombe qui date de 19 000 ans et qui se trouvait à l'endroit même où vivaient les occupants, bien visible de tous est donc possiblement contemporaine des biches de Covalanas, j'aimerais croire qu’elle est celle de l'artiste qui a peint et d'une certaine manière sanctuarisé la grotte de Covalanas et par là même un rituel particulier a été réservé à sa dépouille. Le bloc de calcaire pourrait être une pierre tombale, il est gravé de lignes dont certaines font penser à une vulve.

On a dû la vénérer longtemps, puisque l’on sait qu’un chien ou un loup indélicat a fouillé le sol pour trouver un os de la dépouille et que les habitants ont récupéré le fragment, l’ont à nouveau recouvert d’ocre, et remis à sa place.

Thierry Guilabert

1Cynthia Ozick, Le châle. Éditions de l'Olivier, 1991.

Les photographies, sauf la deuxième, sont issues du web.